L’empreinte carbone d’une entreprise : la calculer, la réduire

Photo of author
écrit par Jules Grivois

Passionné par le monde de l'entreprise, toujours à la recherche de nouvelles activités pour challenger les collègues.

La question du développement durable devient centrale, et les entreprises sont poussées à réduire leur impact environnemental. Parmi les concepts clés de la gestion environnementale figure l’empreinte carbone. Voyons ce que signifie l’empreinte carbone d’une entreprise, comment elle est calculée et les méthodes efficaces pour la réduire.

Qu’est-ce que l’empreinte carbone ?

L’empreinte carbone représente la quantité totale de gaz à effet de serre (GES) émis directement ou indirectement par les activités d’une organisation. Cette mesure inclut divers gaz comme le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et le protoxyde d’azote (N2O). L’empreinte carbone sert ainsi d’indicateur clé pour quantifier les impacts environnementaux liés aux processus industriels, au transport, à la consommation énergétique : Voir la méthodologie de science based targets initiative (SBTI).

Pourquoi est-il essentiel de mesurer l’empreinte carbone d’une entreprise ?

Comprendre l’empreinte carbone permet de :

  • Suivre et contrôler les émissions de GES.
  • Développer des stratégies de réduction efficaces.
  • Répondre aux exigences réglementaires et normes internationales.
  • Améliorer l’image de marque auprès des parties prenantes.

Méthodes pour calculer l’empreinte carbone

Collecte de données

Le premier pas pour calculer l’empreinte carbone d’une entreprise est la collecte de données pertinentes telles que :

  • Consommation énergétique (électricité, gaz naturel, pétrole).
  • Usage des matières premières et emballages.
  • Emissions liées aux déplacements professionnels.
  • Déchets produits et leur méthode de traitement.

Utilisation de facteurs d’émission

Les facteurs d’émission sont des coefficients qui convertissent les données collectées en quantité de CO2 équivalent. Ces données, fournies par des bases de données officielles comme l’ADEME (Agence de la transition écologique) en France, permettent d’établir un lien direct entre la consommation d’énergie, les matériaux utilisés et les émissions de GES.

A lire également  Les obligations liées au Document Unique (DUERP)

Calcul des scopes

Les émissions sont souvent classifiées en trois catégories appelées « scopes » selon le Protocole des GES :

  1. Scope 1 : Émissions directes provenant de sources possédées ou contrôlées par l’entreprise (véhicules, chaudières…)
  2. Scope 2 : Émissions indirectes provenant de la production d’électricité, de chaleur et de vapeur achetées et consommées par l’organisation.
  3. Scope 3 : Autres émissions indirectes résultant des activités de la société mais se produisant chez un fournisseur ou durant l’utilisation des produits et services vendus.

Méthodes de réduction de l’empreinte carbone

Optimisation de l’efficacité énergétique

Une manière efficace de réduire l’empreinte carbone consiste à adopter des technologies énergétiques plus efficientes. Ceci peut inclure :

  • Mise à jour des équipements de production pour des versions moins gourmandes en énergie.
  • Installation d’éclairages LED.
  • Optimisation des systèmes HVAC (chauffage, ventilation, et climatisation).

Transition vers des énergies renouvelables

L’adoption d’énergies renouvelables pour répondre aux besoins énergétiques est une solution alignée avec les objectifs environnementaux. Cela pourrait passer par :

  • L’installation de panneaux solaires sur les bâtiments d’entreprise.
  • L’achat de garanties d’origine certifiant que l’énergie utilisée provient de sources renouvelables.

Amélioration de la chaîne d’approvisionnement

Collaborer avec des fournisseurs éco-responsables et intégrer des critères environnementaux dans les processus d’achat peut avoir un impact significatif sur l’empreinte carbone globale. Quelques mesures pratiques incluent :

  • Sélectionner des fournisseurs locaux pour réduire les trajets de transport.
  • Adopter une logistique optimisée réduisant les kilomètres parcourus et maximisant le volume transporté.

Promotion de la mobilité durable

Encourager des modes de transport plus durables parmi les employés contribue également à réduire les émissions de GES :

  • Fournir des incitations pour les transports en commun.
  • Investir dans une flotte de véhicules électriques ou hybrides.
  • Mise en place de programmes de covoiturage ou de vélos-partagés.
A lire également  Un bureau privatif dans un espace de coworking à Paris

Les bénéfices d’un bilan carbone pour l’entreprise

Conduire un bilan carbone permet aux entreprises d’identifier les sources principales d’émissions et focaliser les efforts de réduction là où ils seront les plus efficaces. Cela permet aussi d’allouer efficacement les ressources financières pour les projets ayant le meilleur retour sur investissement climatique. Cela permet encore de se positionner comme leader environnemental sur son marché, ce qui peut attirer des consommateurs soucieux de l’environnement.